Elections : petites phrases et attaques Ad Hominem

Elections : petites phrases et attaques Ad Hominem

Une fois les listes des candidats remises au Comité Central des Elections, la première phase de la campagne électorale était close. La semaine dernière a été marquée par un mélange de communiqués politiques, d’accrochages et d’attaques Ad Hominem.

Peut-être que celui qui, d’entre tous, a le plus pesé est la déclaration faite par le numéro 2 des candidats de la liste de Koolanu, le Général-Major (à la retraite) Yoav Galant. Il a affirmé que, lorsqu’il a quitté le Commandement Sud, 92 tunnels d’attaque du Hamas avaient été détruits et qu’il n’y en avait plus un seul qui tenait encore debout. Galant déclaré que, depuis lors, les Forces de Défense d’Israël et le Ministère de la Défense n’ont rien fait concernant les tunnels reconstruits. Un tel manque de réactivité a mené à la nécessité de détruire autant de tunnels du Hamas, au cours de la Campagne Bordure Protectrice. C’est une lourde accusation contre le gouvernement, qui n’a obtenu aucune réponse[1].

Ya’acov Péri, député de Yesh Atid et ancien chef de l’agence de sécurité intérieure d’Israël, le Shin Bet, a affirmé qu’il n’y aurait pas d’accord de paix avec les Palestiniens, aussi longtemps que Netanyahu demeurerait Premier Ministre. Peri a fait mention de la promesse faite par Netanyahu de réalisations diplomatiques, après cette campagne Bordure Protectrice, mais qu’aucune ne s’était concrétisée[2]. Le dirigeant de son parti, Yaïr Lapid, a déclaré, un peu plus tard, qu’Israël devrait négocier un accord avec la Ligue Arabe qui offre la sécurité à Israël contre un Etat aux Palestiniens. Lapid a ajouté : “Le monde arabe est capable de dire aux Palestiniens que ce qu’ils obtiennent est suffisant[3]”.

Lapid a donné une conférence de presse, devant la prison de Maasiyahu, à Ramle, qui accueille fréquemment des hommes politiques corrompus. Il a déclaré qu’au sein de la prochaine Knesset, son parti déposerait une loi pour invalider tous les hommes politiques inculpés pour “turpitudes morales” de faire leur retour en politique. C’est le cas actuellement, avec le dirigeant du Shas, Ariye Deri, qui a passé plusieurs années en prison pour avoir distribué des pots-de-vin. Lapid a aussi déclaré que cette loi interdirait aux personnalités publiques d’utiliser leur droit de garder le silence au cours des enquêtes de police. Cette déclaration semble destinée au dirigeant de l’Union Sioniste (alias : le “Camp Sioniste”), Yitzhak Herzog, qui a gardé le silence, en 1999, alors qu’il était sous serment. Il avait, par la suite, fait l’objet d’une enquête pour emploi illégal d’organisations sans but lucratif, afin de lever des fonds en vue de la campagne électorale du Parti Travailliste[4].

Tzipi Livni, co-responsable de l’Union Sioniste, a exigé que Lapid s’engage, dès à present, à recommander qu’après les élections, le Président désigne l’Union Sioniste pour former le gouvernement, plutôt que Netanyahu. Lapid n’a pas répondu à cette exigence[5].

Les chances d’un gouvernement formé par l’Union Sioniste ont diminué, lorsque le député Yaacov Litzman, le dirigeant du parti du Judaïsme Unifié de la Torah a affirmé : “Je suis férocement opposé à m’assoir auprès de YeshAtid, dans un prochain gouvernement”. Litzman a accusé Lapid d’avoir, en tant que Ministre des Finances, appauvri la population ultra-orthodoxe[6]. Or on sait à quel point Yesh Atid serait considéré comme indispensable pour que l’Union Sioniste puisse former un gouvernement.La polémique concernant le fait de savoir si Netanyahu devait ou pas s’exprimer au cours d’une session bipartisane du Congrès américain, en mars, s’est poursuivie. Certains membres du parti Démocrate au Congrès ont déclaré qu’ils n’assisteraient pas à ce discours, pourtant il reste à voir si cette controverse aura le moindre impact important sur les élections israéliennes.

Malcolm Hoenlein, le Vice-Président exécutif de la Conférence des Présidents des principales organisations juives américaines, a rappelé que les partis politiques américains ne devaient pas s’ingérer dans le cours des élections israéliennes à venir. Il a aussi émis des doutes sur le fait que le discours prévu de Netanyahu puisse générer des tensions supplémentaires dans le cadre des relations américano-israéliennes[7].

La Conférence sur la Démocratie Israélienne, organisée par le quotidien Haaretz et prévue pour la mi-février, constitue une nouvelle pomme de discorde. Les invités du Likoud, de Habayit Hayehudi et du Shas ont annulé leur participation, lorsqu’ils ont su que le Fonds pour un Nouvel Israël (NIF, association gauchiste proche de JStreet) était l’un des parrains de la conférence. Faisant référence au NIF, les députés du Likoud ont dit que “Le Likoud, en tant que parti d’idéologie nationaliste, ne coopérera pas avec les organismes qui noircissent de façon incessante l’image d’Israël[8]”.

De plus, le Likoud a envoyé une pétition au Comité Central des Elections, de façon à ce que l’organisation V15 soit interdite de faire campagne. Il l’a taxée d’être une “organisation d’extrême-gauche”, l’a accusée de faire campagne pour l’Union Sioniste et le Meretz et de contourner ainsi les règles financières ayant trait à cette législature. Cette pétition accuse le V15 de faire un usage criminel de financements étrangers importants et anonymes et demande à ce que le V15 rende public ses appuis financiers. La pétition a aussi mentionné que le V15 avait embauché le directeur national de la campagne pour la réélection du Président Obama en 2012[9].

En réaction, le V15 a déposé une plainte à la police contre le Likoud, en prétendant que ce parti se rendrait coupable d’incitation et qu’il mènerait des activités illégales pendant la campagne électorale[10].

Au même moment, la famille Netanyahu est attaquée dans le cadre de ce qu’on appelle le “Bottlegate”, le scandale des bouteilles. La femme du Premier Ministre est accusée d’envoyer dans les dépôts une équipe récolter des bouteilles achetées pour les besoins de l’Etat et de garder ensuite l’argent pour son usage personnel. Le Premier Ministre a affirmé qu’un chèque d’un montant de 4.000 NIS avait été envoyé aux autorités, au début de l’année dernière, pour couvrir ce qui revenait à l’entreprise possédant le dépôt de bouteilles. Un ancien employé prétend, pour sa part, que le montant total de l’argent dû est bien plus important.

La plupart des sondages indique que le Likoud a pris la tête devant l’Union Sioniste. Tous démontrent que Habayit Hayehudi est en train de perdre des électeurs. On ne s’attend pas à ce qu’il obtienne plus de 13 à 14 sièges. Les sondages indiquent, également, que la liste associant Ha’am Itanu d’Eli Yishaï et Otzma Yehudit, dirigé par Baruch Marzel et Michael Ben-Ari, franchissent, désormais, le seuil electoral (de 3, 25% de voix). Trois des Députés apparentés à Yishaï soutiendraient un gouvernement conduit par Netanyahu.

Quand on demande aux sondés de Haaretz qui risque de devenir le prochain Premier Ministre, il n’y a que 21% qui pensent que ce sera Herzog, contre 58% qui voient un retour de Netanyahu. Cela signifie que même des électeurs du centre-gauche n’envisagent guère qu’Herzog puisse gagner ces élections[11].

Le sondage de Panel Research mené pour le compte du Jerusalem Post et Maariv, vers la fin de la semaine, démontrait que le Likoud obtiendrait 26 sièges, contre 22 à l’Union Sioniste. Comme dans les sondages précédents, Habayit Hayehudi poursuit son déclin et on ne prévoit pour lui que 13 sièges, suivi par la Liste Arabe conjointe, avec 12 sièges. Parmi les partis centristes, Yesh Atid, avec 11 sièges projetés se trouverait loin devant Koolanu de Kahlon, avec 7 sièges seulement.

Le même sondage a demandé aux sondés d’évaluer les dirigeants des partis sur une échelle de 1 à 10, en ce qui concerne la corruption. Deri y est considéré comme le plus corrompu, avec 8, 3/10, suivi par Liberman, avec 8, Netanyahu à 6, 1, Livni à 5, 7, Herzog à 5, 3 et ensuite Litzman et Yishaï à 5, 1. Lapid obtient une note de 4, 9, Bennett : 4, 4, la Présidente du Meretz Zahava Gal-On est à 3, 9 et Kahlon est considéré le moins corrompu, à 3, 5[12].

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

Notes :

[1] Gil Ronen, “Galant: Gov’t Knew of Hamas Tunnels, Did Nothing,” Israel National News, 31 January 2015.

[2]  Gil Hoffman, Daniel Clinton, “Jpost Election Arena: Peace deal impossible until Netanyahu departs, Peri says,” The Jerusalem Post, 3 February 2015.

[3] Gil Hoffman: “Yesh Atid: Not down for the count,” The Jerusalem Post, 7 February 2015.

[4] Judah Ari Gross,“Lapid proposes new anti-corruption legislation,” Times of Israel, 3 February 2015.

[5] Uzi Baruch, Cynthia Black, “Lapid Ignores Livni’s Call to Block Netanyahu Government,” Israel National News 5 Februray 2015.

[6] Jeremy Sharon, “United Torah Judaism’s Litzman: ‘fiercly opposed’ to sitting with Lapid who caused Haredi poverty,” The Jerusalem Post, 4 February 2015

[7] “Hoenlein, ‘Keep U.S. funding out of Israeli elections.,’” JTA, 5 February 2015.

[8] Yair Ettinger, “Deri follows Likud, Habayit Hayehudi out of Haaretz democracy conference,” Haaretz, 5 February 2015.

[9] Roy (Chicky) Arad and Jonathan Lis, “Likud asks elections panel to bar campaigning by organization affiliated with Obama strategist,” Haaretz, 30 January 2015.

[10] Jonathan Lis, “New Israel Fund and V15 group fire back at Likud,” Haaretz, 4 February 2015.

[11] Yossi Verter, “Netanyahu surging in polls, but scandals may take toll,” Haaretz, 1 February 2015.

[12] Gill Hoffman and Lahav Harkov, “Likud takes 4-seat lead over Zionist Union,” The Jerusalem Post, 6 February 2015.

Comments are closed.