Israël : attentats en Europe et météo relèguent les élections

Israël : attentats en Europe et météo relèguent les élections

La conjugaison des attentats en France et des déplacements des Ministres d’Israël, des tempêtes en Israël et des préparatifs pour y faire face, afin d’éviter des pannes de courant comme celles de l’an dernier, ont ralenti les activités relatives aux élections, la semaine passée. Il s’est avéré que des erreurs sont apparues dans le décompte du scrution des primaires au Likoud, et le recomptage a occasionné des changements de position entre certains candidats. En particulier le député Tzachi Hanegbi, actuel Vice-Ministre aux affaires étrangères, a perdu plusieurs places dans la liste du Likoud, néanmoins, il se trouve toujours en position favorable, où il peut être quasiment sûr d’être élu[1].

Netanyahu a annoncé, lors d’un discours, que s’il était élu, il tenterait d’instaurer des réformes, stipulant que le principal parti plébiscité disposerait, automatiquement, du droit de former le gouvernement.

Par le passé, c’est soit le Likoud et/ou le Parti Travailliste qui avaient le plus grand nombre de députés[2].  Si on se fie aux sondages, la prochaine Knesset sera composée de nombreux partis relativement petits, ce qui aura pour conséquence de nommer un gouvernement auquel participeront 5 ou 6 partis et le parti du prochain Premier Ministre sera, probablement, dans l’impossibilité d’obtenir la majorité des portefeuilles ministériels. Ce qui rendrait la gouvernance particulièrement difficile.

La coalition Travailliste-Hatnuah s’est attribuée le nom de “Camp Sioniste”. Cependant, il s’est avéré que dans sa campagne publicitaire en arabe, elle a supprimé l’expression “Camp sioniste”. Elle a, alors, subi les foudres de plusieurs personnalités politiques, dont plusieurs issues d’Habayit Hayehudi[3].

Le député Moshe Feiglin, qui n’a pas pu obtenir une place réaliste, au cours des primaires du Likoud, a quitté ce parti en annonçant qu’il lancerait son proper parti[4].   Mais il est loin d’être evident que ce nouveau parti soit en mesure de participer aux prochaines élections.Avraham Burg, ancient député travailliste, porte-parole de la Knesset et ancient Président de l’Agence Juive, a rejoint le parti communiste judéo-arabe, Hadash. En 2004, Burg n’avait pas réussi à devenir chef de file du Parti travailliste et, depuis lors, il diffuse une critique acerbe à l’encontre du Sionisme[5].

Plusieurs députés très connus ont annoncé qu’ils ne se présenteront pas à leur réélection. Il s’agit du Ministre de la Sécurité Publique, Yitzhak Aharonovitch[6] et de David Rotem[7], d’Yisrael Beitenu, ainsi que de Nitzan Horowitz du Meretz[8].

Le parti Koolanu de l’ancien Ministre Kahlon a annoncé de nouveaux candidats :. L’un d’entre eux est le Général-Major (de reserve) Yoav Galant, l’ancien Chef du Commandement-Sud. Rachel Azaria, adjointe au Maire de Jérusalem, est une autre candidate, ainsi que l’éducatrice Yifat Sassa-Biton[9].

Divers sondages ont eu lieu la semaine passé. Ils montrent tous que le Likoud et la coalition Travailliste-Hatnuah sont au coude à coude, concernant le nombre de sieges projetés à la Knesset. Un sondage du Ha’aretz, mené pour l’Institut Dialog et publié le 7 janvier, relève le Parti-Travailliste et son associé à 23 sièges et le Likoud à 22. Habayit Hayehudi obtiendrait 16 sièges, Yesh Atid 12, et Koolanu disposerait de 9 places. Israel Beitenu, don’t plusieurs de ses membres importants sont englués dans un scandal de corruption, est retombé à 6 sièges, selon ce sondage, soit moins de la moitié des 13 positions détenues au sein de la Knesset actuelle. Le Shas, don’t le Président, Arye Deri a quitté la Knesset chute à 5 sièges, compares aux 11 qu’il détient encore actuellement.

On entend des rumeurs persistantes disant que les trois partis arabes se présenteront ensemble sur une liste unifiée. Si ce n’est pas le cas, les sondages montrent que la liste Arabe Unie bénéficiera de 5 sièges, tout comme Hadash, alors que le parti Balad risqué fdort de ne pas franchir le seuil requis de 3, 25%.

Le même sondage a demandé au public qui il perçoit être le plus convenable pour le poste de Premier Ministre : 46% montrent leur preference pour Netanyahu, du Likoud, alors que 30% portent leur preference en direction du chef du Parti Travailliste, Itzhak Herzog.

Ce sondage a aussi posé un certain nombre d’autres questions. L’une concernait qui serait le plus apte à gérer la situation politico-diplomatique : Netanyahu obtient 48% et Herzog 33%. Une autre question demandait qui est le plus à même de répondre à la situation sécuritaire : Netanyahu a obtenu 55% et Herzog, 25%.

Concernant qui serait le plus habile pour régler la situation économique, les deux candidats obtiennent 38%. Le sondage a aussi interrogé les gens pour savoir si les électeurs étaient satisfaits du parti pour lequel ils avaient vote aux précédentes élections. En moyenne, 36% des électeurs sont mécontents. L’insatisfaction la plus importante concerne des partis tells que Yesh Atid, Likud-Beitenu et Balad. Parmi ceux qui ont vote pour ces partis, environ la moitié des élcteurs s’avouent non-staisfaits. Parmi les électeurs du Parti Travailliste, 26% se dissent mécontents, 21% de ceux d’Habayit Hayehudi également et seulement 5% des votants pour le Judaïsme Unifié de la Torah le sont[10]  .

Le sondage TNS Teleseker, pour le compte du Maariv, publié le 9 janvier, annonce le Likoud à 25 sièges, devant les Travaillistes-Hatnuah avec 24 fauteuils. Il offer 9 sièges à Yesh Atid. Ce sondage a demandé aux personnes interrogées qui ont devait tenir pour responsible de la crise du logement : 37% répondent que c’est la faute de Netanyahu, 24, que c’est celle de Lapid et 14% tiennent l’ancien Premier Ministre Ehud Olmert pour le principal responsible de la crise[11].

Le mardi 13 janvier, ont eu lieu les primaires du Parti Travailliste, où les femmes ont été mises à l’honneur : Shelly Yachimovich et Stav Shaffir se sont vues attribuées les 3ème et 4ème place, derrière Isaac Herzog et Tzipi Livni. Le Parti travailliste compte 49.000 membres appelés à voter Durant les primaires. Si on veut comparer : le Likoud compte le double de votants potentiels.

Par Manfred Gerstenfeld.

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

[1] Gil Hoffman, “Likud to unveil campaign amid recount mess”, The Jerusalem Post, 4 January 2015.

[2] “Electoral Reform”, The Jerusalem Post, 6 January 2015.

[3]  Lahav Harkov, “No ‘Zionism’ in Labor-Hatnua Arabic ads”, The Jerusalem Post, 7 January 2015.

[4] “Moshe Feiglin Leaving Likud”, The Jerusalem Post, 5 January 2015.

[5] “Former Knesset speaker Burg joins far-left Jewish-Arab party Hadash”, The Jerusalem Post, 3 January 2015.

[6] “Israel election updates/Aharonovitch retiring from politics,” Haaretz, 9 January2014.

[7] Lahav Harkov, “Yisrael Beytenu MK Rotem to quit politics”, The Jerusalem Post, 6 January 2015.

[8] Ilan Lior, “Openly gay lawmaker decides to quit politics”, Haaretz, 31 December 2014.

[9] Lahav Harkov, Niv Elis “Kahlon picks Galant for security role in Koolanu,’ Jerusalem Post 9 January 2015.

[10] Yossi Verter, “Seker ‘Haaretz’:  Lapid Mitoshesh, Kahlon Ni’hlash Be’ekviyut”, Haaretz, 7 January 2015 [Hebrew].

[11] Gil Hoffman, “Likud receives boost in polls from party primary,” The Jerusalem Post 9 January 2015.

Comments are closed.