“Les Juifs dominent le monde”, ou l’hommage du vice à la vertu.

“Les Juifs dominent le monde”, ou l’hommage du vice à la vertu.

Il y a juste dix ans, au cours des derniers mois de 2003, l’Affaire Mahathir s’est attirée une large publicité à travers le monde. Lors du Sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (O.C.I) de 2003, à Kuala Lumpur, le Premier Ministre Malaysien de l’époque, Mohamad Mahathir, l’hôte de cette conférence, a présenté les relations entre les Musulmans et les Juifs comme relevant d’un conflit frontal planétaire -1-.

Il déclarait alors : “1,3 milliards de Musulmans ne peuvent pas se laisser vaincre par quelques millions de Juifs. Il doit bien exister une manière de changer cela »>Article original. Et nous ne pourrons la trouver que si nous prenons le temps de penser, d’évaluer nos faiblesses et nos forces, pour planifier, élaborer des stratégies et, ensuite contre-attaquer. Nous sommes, en réalité, vraiment très forts ! On ne peut pas, purement et simplement, rayer l’existence d’1, 3 milliards de gens. Les Européens ont réussi à tuer 6 millions de Juifs sur environ 12 millions. Mais, aujourd’hui, les Juifs dominent le monde par procuration. Ils font en sorte que ce soient les autres qui combattent et meurent pour eux. »

Mahathir ajoutait : “Nous nous heurtons à un peuple qui pense. Ils ont survécu à 2000 ans de pogroms, non pas en répliquant violemment, mais parce qu’ils pensent. Ils ont inventé et réussi à promouvoir le Socialisme, le Communisme, les Droits de l’Homme et la Démocratie, de façon à ce que leur persécution apparaisse comme malfaisante, de façon à jouir de droits équitables vis-à-vis des autres. Grâce à cela, ils ont, aujourd’hui, pris le contrôle des pays les plus puissants du monde et, eux , cette minuscule communauté, sont devenus une puissance mondiale. Nous ne pouvons pas les battre avec nos seuls muscles. Nous devons aussi commencer à utiliser notre cervelle -2- »

C’était, encore une fois, une illustration éclatante du vieux thème antisémite affirmant que les Juifs « sont avides de dominer le monde ». Mahathir avait, alors, été chaudement applaudi par les participants à cette conférence, qui comprenait tout le ghota des dirigeants des grandes nations musulmanes, à travers le monde entier. Et un éditorial du quotidien français Le Monde, faisait remarquer que : « De tels excès de langage sont monnaie courante dans le monde arabo-islamique, où ils passent pour des vérités communément admises… Et cette forme directe de racisme, est, purement et simplement, pratiquée comme une catégorie normale du « débat politique -3- ».

Les réactions aux propos de Mahathir ont été des plus mitigées. De nombreux dirigeants et médias occidentaux les ont condamnés. Concernant le monde musulman l’éditorialiste Richard Cohen du Washington Post a fait référence à l’ovation debout standing ovation »>Article original que l’auditoire du sommet a réservé à Mahathir, à l’issue de son discours :

“ Le club des fans de Mahathir comprenait le Prince couronné Abdallah d’Arabie Saoudite, le Président pakistanais Pervez Musharraf, notre homme en Afghanistan, Hamid Karzaï et même Vladimir Poutine de Russie, représentant la vaste minorité musulmane de son pays. Mais ce qui corrompt et affaiblit de vastes portions du monde musulman, ce ne sont pas tant les Juifs, que ce soit à New York ou Tel Aviv mais bien ses propres cercles dirigeants ineptes et qui se servent eux-mêmes avant leurs peuples – en d’autres termes, la plupart de ceux-là mêmes qui se sont levés et ont adoré ce discours -4- »

Alors qu’un autre sommet, celui de l’Union Européenne se tenait au même moment, il était prévu d’inclure quelques phrases condamnant les remarques de Mahathir dans sa déclaration finale de 19 pages. Le projet proposé déclarait ainsi : « Ses commentaires inacceptables sabotent tous nos efforts d’harmonisation à venir des rapports inter-ethniques et inter-religieux et n’ont aucune place dans un monde digne. De telles remarques, aussi fausses qu’antisémites sont une offense aux Musulmans tels qu’ils sont à l’égard d’autrui -5- ».

Cependant, le Président français Jacques Chirac s’est opposé à l’insertion de ces quelques lignes dans le communiqué de ce sommet et Costas Simitis, le Premier Ministre socialiste grec du moment, l’a soutenu dans cette démarche. Un compromis a pu être trouvé et il a été décidé que la Présidence italienne du Conseil de l’Union Européenne publierait une déclaration sur son site internet qui déplorait ces commentaires-6- . La réaction de Mahathir cependant, a révélé la manoeuvre de Chirac. Le Premier Ministre malaysien l’a remercié d’avoir fait obstruction à la déclaration du Sommet de l’Union Européenne.image: http://jforum.fr/wp-content/uploads/IMG/jpg/mah_chi.jpg

Il est malheureux qu’on ait, à présent, oublié l’importance de cette affaire Mahathir en ce qu’elle apportait au grand jour, sur un temps bref et de manière condensée, les points de vue et poncifs antisémites les plus courants, parmi les acteurs majeurs des élites et de la société musulmane. Il n’y a aucune gêne ni honte à faire usage des pires expressions antisémites en public, y compris celles tirées du Protocole des Sages de Sion. Ce livre tissé de mensonges est régulièrement republié dans le monde islamique.

Mahathir a, ainsi, produit une démonstration de grande ampleur, reflétant le courant principal de l’antisémitisme islamique, alors que les analystes avaient, auparavant, besoin de rassembler les pièces du puzzle, émanant de différentes sources. L’Affaire Mahathir peut servir de preuve magistrale de l’existence de cet antisémitisme qui perdure jusqu’à aujourd’hui, alors que ce qui subsiste de cet abondant matériel antijuif issu du monde musulman fournit tous les ingrédients nécessaires à comprendre ce qui motive ce racisme largement partagé.

Il existe un autre aspect essentiel de l’affaire Mahathir. Son discours s’exprimait au sommet islamique. On a bu et applaudit à ses paroles, ensuite reprises et réitérées par de nombreux Musulmans. Ces réactions montrent à quel point il serait faux de croire que le problème que les démocrates ont avec les Musulmans se limite aux Musulmans radicaux qui prêchent le Jihad – qui n’est autre qu’un synonyme en arabe du mot « génocide ». L’Affaire Mahathir a démontré à quel point le monde des idées en libre circulation dans le monde islamique est problématique pour les pays occidentaux. D’autres preuves de ce phénomène sont survenues, au cours de la décennie qui a suivi. Au moins, pour ceux qui acceptent de garder les yeux grands ouverts.

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

Notes :

-1- Manfred Gerstenfeld, “The Mahathir Affair: A Case Study in Mainstream Islamic Anti-Semitism,” Jerusalem Viewpoints, Jerusalem Center for Public Affairs, 506, 2 November 2003

-2- News Desk, “Dr Mahathir Opens 10th OIC Summit,” The Star, 16 October 2003. (This article contains the full text of the speech.)

-3- “L’editorial du Monde, Antisemitisme,” Le Monde, 19 October 2003 French »>Article original.

-4- Richard Cohen, “Return to Wannsee,” Washington Post, October 21, 2003.

-5- Sharon Sadeh, Yoav Stern and Amiram Barkat, “EU condemns Malaysian PM’s remarks on Jews, but no apology is forthcoming,” Haaretz, October 19, 2003.

-6- Italian Presidency of the Council of the European Union, posted on website »>Article original October 16, 2003.

Comments are closed.