Israël : la Politique étrangère fait de l’ombre aux Elections

Israël : la Politique étrangère fait de l’ombre aux Elections

Cette semaine, la Jordanie a présenté un projet palestinien de résolution au Conseil de Sécurité, pour établir les modalités en vue d’un accord final de paix avec Israël. Cette résolution impose une date-butoir de 12 mois pour les négociations et pose la date de la fin 2017 comme limite à un retrait total israélien aux lignes d’armistice de 1967, qui délimiteraient ainsi les frontières entre Israël et l’Etat palestinien-1-.

Le Premier Ministre Binyamin Netanyahu s’est rendu à Rome pour y rencontrer le Secrétaire d’Etat américain Kerry afin d’évoquer ce sujet. Avant de quitter Rome, Netanyahu a déclaré que les tentatives du Conseil de Sécurité pour forcer Israël à se retirer sur les lignes de 1967 d’ici moins de deux ans allaient échouer -2- . Dans le même temps, les Etats-Unis ont annoncé qu’ils ne soutiendraient pas cette résolution-3-.

Lors d’une réception, en présence des journalistes étrangers, Natanyahu a déclaré que l’Europe cherche surtout à apaiser ces mêmes forces qui, justement, menacent l’Europe elle-même. Il a mentionné, comme exemples, le fait que le Tribunal Européen de Justice a récemment supprimé le Hamas de sa liste des organisations terroristes, la résolution du Parlement européen soutenant l’Etat Palestinien, et l’appel des Suisses à une réunion de toutes les parties contractantes de la Quatrième Convention de Genève, dans le but de lancer une enquête contre Israël pour ses soi-disant violations de cette convention-4-. Plus tôt dans la semaine, Netanyahu était déjà monté au créneau en affirmant que l’Europe n’a rien appris du tout de la Shoah-5-.

Ces diverses discussions autour du problème palestino-israélien, par leur importance, ont rejeté dans l’ombre celles concernant les préparatifs en cours, à propos des élections israéliennes à venir, mais globalement, elles ne se sont pas nécessairement attirées une grande attention de la part du public.

En ce qui concerne les élections proprement dites, L’éclatement du parti religieux Shas a constitué le principal évènement de cette dernière semaine. Son ancien dirigeant, Eli Yishaï l’a quitté et a créé un nouveau parti, Yachad. Un sondage du panel politique de la chaîne parlementaire de la Knesset démontre que Yachad et Shas, maintenant dirigé par Aryeh Deri, obteindraient chacun 4 mandats-6-.

Cela indique que, si les suffrages réellement obtenus étaient légèrement inférieurs à ce qu’envisage ce sondage, l’un ou l’autre ou ces deux partis risquent d’échouer en-dessous du seuil d’entrée à cette 20ème Knesset, qui se situe à 3, 25%. Le Shas détient actuellement 11 sièges. L’espoir de Yishaï repose sur les conséquences des tensions internes au sein de Bayit Hayehudi, qui pourraient provoquer le départ de sa faction Tekuma (“Union Nationale”), qui serait, alors, susceptible de se joindre à son proper parti.

Il n’y a guère eu de nouvelles informations disponibles à l’intention du public, concernant les trois partis considérés comme centristes : Yisraël Beitenou, conduit par Avigdor Lieberman, Yesh Atid, mené par Yaïr Lapid et Kulanu, dirigé par Moshe Kahlon.

Lieberman, qui positionnait Yisrael Beitenou à la droite du Likoud, tente actuellement de resituer son parti à la gauche de celui-ci. Pourtant, il demeure improbable que Lieberman souhaite réellement intégrer une coalition avec le Parti Travailliste, qui comprendrait également le parti d’extrême-gauche Meretz. Dans le même temps, Yisraël Beitenu et Kulanu ont passé un accord concernant toute situation de suffrages en surplus. Le Parti travailliste, qui a désormais confirmé concourir sur une liste conjointe avec Hatnuah, obtiendra, de même, un accord sur les suffrages supplémentaires avec le Meretz. Le Likouds dispose des mêmes dispositions avec Habayit Hayehudi. On se demande bien ce qui resterait, si jamais Yesh Atid voulait conclure un accord identique.

Un sondage Ha’aretz-Dialog démontre que si Kulanu et Yesh Atid faisaient cause commune, ils représenteraient alors le parti le plus important, avec 24 sièges, alors que le Likoud et l’alliance Travailliste-Hatnuah n’obtiendraient que 21 sièges chacun-7-. Néanmoins, il est extrêmement improbable qu’une telle collaboration survienne. Le sondage précédemment cité, Panel Politique, fait état de peu de changements dans le nombre de sièges obtenus, à partir de l’actuelle distribution, excepté celui concernant le Shas. Selon ce sondage, autant le Likoud que le parti travailliste obtiendraient 22 sièges, suivis par Habayit Hayehudi et les partis arabes –s’ils se présentent ensemble – qui auraient 10 sièges chacun, et Yisraël Beitenu, gagnant 9 sièges.Un sondage de Midgam démontre que 62% des Israéliens pensent que Netanyahu demeurera Premier Ministre, à la suite des prochaines élections, alors qu’il n’y a que 15% des sondés qui imaginent qu’Isaac Herzog détiendra le poste-clé-8-.

Un Sondage de Recherches sur Panels, mené pour le Jerusalem Post et Maariv, affirme que 27% de la population adulte restent indécis sur le candidat de leur choix. Parmi les électeurs centristes, ce pourcentage est de 39%. Les sondés se demandent également qui on doit accuser de la déterioration des relations entre les Etats-Unis et Israël. Parmi les personnes enquêtées, 39% répondent que c’est la faute du Président américain Barack Obama, 29%, qu’il s’agit de Netanyahu et 25% des deux à la fois-9-.

Le Député Avishaï Braverman, l’expert économique et financier du Parti Travailliste et ancien Président de l’Université Ben Gurion (du Neguev, BeerSheva), a annoncé qu’il ne se présenterait pas à ces prochaines élections. Tout comme s’agissant du nombre de nouveaux postulants qui voudraient se lancer dans la bataille, il n’y a guère de figure de proue de la sphère politique qui aient confirmé sa candidature.

Dans les jours à venir, l’attention se focalisera sur les primaires au Likoud, qui se tiendront en même temps que l’élection pour la direction du Likoud, le 31 décembre.

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

Notes :

-1- Barak Ravid, Jack Khoury and DPA, “Jordan submits finalized UN Security Council resolution draft on Palestinians,” Ha’aretz, 18 December 2014.

-2- Herb Keinon, “On eve of meeting with Kerry, Netanyahu says efforts to impose solution on Israel will fail,” The Jerusalem Post, 14 December 2014

-3- “Livni, Peres urged Kerry to stall Palestinian bid for statehood at UN,” The Jerusalem Post, 20 December 2014.

-4- Herb Keinon, “Spirit of appeasement is now blowing through Europe, The Jerusalem Post, 18 December 2014.

-5- Barak Ravid, “Europe has learned nothing from Holocaust,’ Ha’aretz, 17 December 2014.

-6- Hezki Ezra, Ari Yashar, “Yishai Break Splits Shas Electorate in Half, Israel National News, 16 December 2014.

-7- Yossi Verter, “Haaretz Poll; Joint Lapid Kahlon ticket would be the largest Knesset list,” Ha’aretz, 17 December 2014.

-8- Ben Ariel, “Most Israelis Believe Netanyahu Will be Next PM,” Israel National News, 14 December 2014.

-9- Gil Hoffman, “Post/Maariv Hashawua’ poll; Likud could finish in third place,” The Jerusalem Post 19 December 2014.

Comments are closed.